Sélectionner une page

La colocation, souvent connue pour les plus jeunes et notamment les étudiants, fait maintenant des  émules chez les plus âgés d’entre nous. En campagne comme en ville des associations et des sociétés privées éclosent pour proposer aux seniors un nouveau type d’habitat partagé.

Quelle spécificité ?

Il s’agit ici de logements à taille humaine avec des maisons ou des appartements qui accueillent au grand maximum une dizaine de personnes disposant chacune de son propre espace privé (chambre avec parfois coin cuisine, salle d’eau et entrée privée).

Cet habitat valorise l’autonomie des personnes. À elles de choisir leurs colocataires, de définir ensemble leur organisation quotidienne selon leurs besoins d’intimité, leur rythme de vie et leur envie de collectif.

Quel public ?

Les acteurs du secteur proposent des offres variées pouvant convenir à différents publics.

  • Les seniors les plus autonomes peuvent s’organiser seuls pour habiter en colocation. Certaines  structures leur proposent alors en sus un service de nettoyage, de médiation ou d’organisation de sorties.
  • Les seniors les plus dépendants se tourneront sans doute vers les offres incluant la présence sur place  d’auxiliaire de vie ou celles proposant l’accompagnement par un infirmier ou une infirmière.

Quels enjeux de société ?

Bien vivre et bien vieillir. Ce nouveau type d’habitat place les séniors au cœur du dispositif en tant que  citoyens actifs. Il permet aux séniors d’être libres de choisir le plus longtemps possible où, comment et auprès de qui vivre. Cette démarche assure à chacun de se sentir reconnu dans la société et d’y prendre  part au travers d’un nouveau cercle relationnel choisi.

Vers une économie du partage aux bénéfices écologiques.Préférer la colocation à l’habitat individuel  permet la mutualisation des biens manufacturés, des dépenses (en énergie par exemple) et des services (comme les soins à la personne). Ce qui réduit l’impact écologique de chaque participant.

La redynamisation des territoires. Les associations et sociétés engagées dans cette nouvelle offre sont  souvent issues du territoire local. Certaines se concentrent sur une offre rurale pour permettre aux personnes  âgées de rester sur leur lieu de vie habituel tout en donnant du sens au bâti laissé vacant en centre-bourg. D’autres structures s’inscrivent en centre-ville et cherchent à réhabiliter de vieilles bâtisses de caractère.

Le troisième âge peut être synonyme d’une nouvelle aventure : et vous, où et avec qui aimeriez-vous vieillir ?

Anne-Laure R.

Liens utiles :