Sélectionner une page

A la recherche d’une expérience associative hors du commun ?

Vous avez peut-être déjà entendu parler des chantiers bénévoles. Contrairement aux idées reçues, ils ne permettent pas seulement la restauration d’un patrimoine bâti ou la construction de bâtiments. Ayant participé moi-même à un de ces programmes, j’ai choisi de témoigner de cette expérience des plus exotiques.

Un dépaysement total

Habituée à des actions bénévoles à l’échelle locale, c’est en juillet 2017 que je me suis décidée à sortir des sentiers battus. C’est en bouquinant que j’ai trouvé un article sur les chantiers d’été. Étudiante en licence de chinois cette année-là, j’ai fait le choix de participer à un chantier de bénévoles en Chine et plus particulièrement à Qingyan, ville du district de Huaxi à Guiyang dans la province du Guizhou. Il faut savoir que cette province, enclavée au sud dans une région montagneuse, est l’une des plus pauvres de Chine. Nous avions donc pour objectif la reconstruction et la remise en fonction d’un moulin à eau afin d’aider la population locale au développement de son agriculture.

L’acquisition de nouvelles compétences

Sachez que votre objectif principal restera toujours la restauration/rénovation d’un patrimoine. En revanche, en fonction des différents besoins et de votre appétence pour certains domaines, vous pourriez être amenés à intervenir sur différentes missions. Ce fut mon cas. En tant que seconde du chef de chantier, j’ai été amenée à apprendre la gestion mais aussi la planification des plannings des équipes. En plus d’apprendre le maniement d’outils et de techniques traditionnelles de charpenterie, j’ai pu bien évidemment développer mes compétences linguistiques au quotidien.

Des rencontres inattendues

Aussi, durant plus de 3 semaines, j’ai pu partager le quotidien des acteurs du mouvement et faire la rencontre de bon nombre d’individus. J’ai également eu l’opportunité de découvrir la région, réputée pour la présence de nombreux villages de minorités ethniques aux coutumes ancestrales et aux modes de vie traditionnels.

J’étais loin d’imaginer qu’à 8000 km de ma petite commune du Sud-Ouest, j’allais vivre une expérience incroyable faite de belles rencontres et de découvertes culturelles aussi surprenantes les unes que les autres. Indéniablement, ces chantiers permettent une ouverture sur le monde qu’on ne soupçonnerait pas.

Maurine L.

%d blogueurs aiment cette page :